Comprendre le Neurofeedback par la voie de la métaphore….

À chaque fois que l'on… 

 

perçoit quelque chose de nouveau, 

apprend un raisonnement, 

associe pour la première fois deux pensées, 

agit ou réagit de façon différente, 

traverse une nouvelle émotion dans un contexte donné, 

fait une nouvelle rencontre, 

découvre de nouveaux visages, paysages, façon de vivre... 

 

...s'opère alors, dans diverses zones du cerveau ayant chacune une fonction bien définie, une sorte d'excitation des neurones, qui se connectent, se « câblent », « s'associent entre eux » à ce moment là… 

Par analogie, un peu comme une nouvelle piste qui se forme au cœur même d'une forêt dense...  Ainsi, plus nous utilisons les mêmes connaissances, les mêmes pensées, les mêmes façons d'agir ou de réagir, plus nous traversons les mêmes émotions..., plus ces connexions, ces câblages, ces associations, se renforcent… 

 

Toujours par analogie, c’est justement parce que nous continuons à emprunter les mêmes pistes au cœur de cette forêt, qu'elles deviennent bien plus faciles et bien plus rapides d’accès , se transformant au fur et à mesure, et à leur propre rythme, en sentiers, puis en chemins, puis en routes, voir en autoroutes : ce sont nos automatismes, nos habitudes, nos façons d’agir et de réagir, tous nos conditionnements physiologiques, mentaux, émotionnels et comportementaux. 

 

Certains sont aidants fort heureusement, mais d'autres sont vraiment invalidants, tellement désagréables, nous privant de CETTE LIBERTÉ D'ÊTRE … : perdre l'esprit critique, être moins créatif et audacieux, se laisser piloter par nos peurs en tout genre, nos émotions, pensées ou croyances sur nous et sur les autres… dont le corps est d’ailleurs bien souvent le réceptacle. 

Encore par analogie comme si nous prenions toujours et encore le même trajet, par conditionnement, tellement ancré tout ça, alors même, que cette route nous semble sinistre, et que son revêtement, jonché de nids-de-poule, est fort désagréable et nous brasse à chaque fois que nous l'empruntons..

C'est quoi en quelques mots la notion de plasticité du cerveau ?

La bonne nouvelle c'est que le cerveau n'est pas un mécanisme figé, bien au contraire… 

Il a cette incroyable capacité, de se transformer, de se réorganiser, de se réinventer différemment… Il a cette merveilleuse faculté, qui lui est propre, de se mobiliser, de créer lui-même de nouvelles connexions, de nouveaux câblages, de nouvelles associations, tout au long de sa vie, et cela en réaction ou pour répondre, à de nouveaux besoins, à de nouvelles nécessités. 

Encore une fois par analogie, si définitivement une voie d'accès ne lui est plus praticable, ou si elle est trop sinueuse, pénible, déplaisante, le cerveau a cette faculté de chercher, de trouver et d’emprunter une autre voie. Et parce que justement

  • nos conditionnements ont la vie dure,

  • que ces routes empruntées parfois depuis tellement longtemps, même inconfortables, même limitantes, ont le méritent d'être connues, 

  • que la forêt est dense, et qu'il s'agit de trouver à son rythme, dans sa singularité, et parfois avec même quelques hésitations, quel sera le meilleur endroit pour créer cette nouvelle piste forestière, 

  • que justement, parce que il y a bien bien longtemps que nous sommes comme enraciné à « un endroit », et qu'il peut être, du moins au début, bien plus simple, moins éprouvant en dépit de cet enfermement, de cette privation de liberté soudaine ou ancienne, d'y rester... Alors une nouvelle piste forestière est bien en train de se créer… mais par moments encore, du moins au début, on revisite les chemins et routes d’autrefois... 

 

Le cerveau n'a pas uniquement la faculté de chercher d'autres routes neuronales lorsque l'accès à certaines sont définitivement condamnées ou qu'elles ne sont pas ok pour nous, mais il peut également, de son propre chef, emprunter des routes différentes dans le seul but de laisser s’exprimer et évoluer tout notre potentiel... 

Ainsi, les voies qui ne seront plus utilisées finiront par disparaître...

Mais de quels types de nouveaux besoins et nécessités parle-t-on exactement ?

En voici quelques exemples… 

 

  • agir ou réagir différemment dans certaines circonstances, 

  • développer certains sens plus que d'autres (comme le fait naturellement au niveau de son touché une personne malvoyante par exemple), 

  • accroître notre mémoire (une étude réalisée auprès de chauffeurs Londoniens montrent qu'ils ont une mémoire spatiale bien plus développée, à hauteur de + 30 %) 

  • accélérer, faciliter la récupération de certaines fonctions perdues après un accident ou une maladie...

Comment agit l'approche en

Neurofeedback dynamique ?

À chaque fois que l'activité électrique du cerveau sort d'un certain seuil qui a été calculé automatiquement à l'instant T de la séance, se produisent des micros coupures du son afin de l'en informer en temps réel. 

 

Par analogie, personnaliser notre cerveau, c'est lui chuchoter à l’oreille (par la micro coupure du son) en temps réel : 

 

« Sur certaines routes, ça remue … Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, et depuis combien de temps c’est comme ça, mais du coup ça serait bien d’y jeter un œil ...»

Pour aller plus loin :